Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les  bases  du  dessin ... et  de  la  peinture

Exercice aux "crayons aquarellables"

17 Septembre 2007 , Rédigé par JAIME Publié dans #abc-dessin

Dans certains magasins spécialisés, vous trouvez actuellement des crayons "mine de plomb pure ou graphite" qui sont solubles dans l’eau. Ces crayons existent en 4 gradations différentes et vous donneront des lavis clairs, foncés ou très foncés. Quelques marques diffusent ce produit de très bonne qualité et facile à utiliser. Ils peuvent remplacer les crayons ordinaires, mais tout l’intérêt du produit consiste, une fois le dessin terminé, à passer un pinceau humide.
Vous obtenez des lavis qui ont l’avantage d’être fixés. Néanmoins, après le passage du pinceau, il est très difficile de gommer la matière, donc rectification difficile.

A titre d’exemple, vous trouverez ci-dessous un dessin réalisé sur papier Canson avec cette technique : « Venise St Marc et aqua alta ».
1er croquis :comporte une esquisse légère sur laquelle j’ai représenté quelques lignes de fuite principales, ainsi que le niveau des yeux.
ST-MARC-es.jpg

















2ème croquis : on commence à « dégrossir », représentation les détails sur la façade gauche

ST MARC fg
 

3ème croquis :on continue par le milieu en employant les différentes gradations pour pouvoir obtenir des noirs profonds aux endroits concernés. Vous remarqurez que les lignes ne sont pas tracées rigoureusement.

ST-MARC-mi.jpg

4ème croquis : on termine par le Palais des Doges et ses colonnades. L’ensemble est ensuite renforcé en y apportant les détails.

ST-MARC-fd.jpg

ST-MARC-fi.jpg
Le travail final consiste à passer sur toutes ces traces de crayons un pinceau humide qui délaye le carbone, le fixe ou l’attenue en fonction de votre geste. Le passage du pinceau permet une représentation beaucoup plus facile des reflets et de l’élément liquide.
Je ne peux que vous conseiller de faire un essai avec cette méthode.

ST-MARC-Aqua.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article