Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les  bases  du  dessin ... et  de  la  peinture

LE CORPS HUMAIN suite

21 Septembre 2007 , Rédigé par LETZELTER Publié dans #abc-dessin

TETE ET VISAGE :
 « Le visage est le miroir de l’âme ».
 

La référence de base est la dimension que représente la hauteur du front (partie supérieure du crâne sans les cheveux), soit HF = 1 module. undefined
Avec cette référence de base :

- hauteur totale de la tête = 3,5 modules
- largeur de la tête (vu de face d’oreille à oreille) = 2,5 modules
- largeur de la tête (vu de profil du nez jusqu’à l’occiput) =
3,5 modules

Nota : la tête peut être insérée dans une sphère située dans les 2,5 modules supérieurs.
Positionnement des différentes parties de la tête (vu de face) :
- yeux sur l’axe médian horizontal et vertical avec un écartement correspondant à la largeur du nez
- haut des oreilles et sourcils sur la même ligne
- limite de la lèvre inférieure au milieu de module du bas

A noter : La tête de l’enfant, (basée sur 4 modules de son front) est sensiblement différent. Les sourcils sont situés sur l’axe médian horizontal, l’écart est plus important entre les yeux, le front plus large et les oreilles proportionnellement plus grandes.

TETE : Construction et mise en place des éléments
TRACE DE FACE : (voir éléments du croquis ci-dessous)
Pour commencer nous allons tracer un axe vertical pour situé le milieu du visage. Sur cette ligne reportons 3 hauteurs identiques (A, B et C) + ½ hauteur de C. A gauche et à droite de l’axe reportons également la même dimension (D et E). En traçant toutes les verticales et horizontales, nous aurons donc 6 carrés et au-dessus 2 demi carrés (voir pointillés en rouge sur le croquis joint). C’est dans  ce quadrilatère que nous allons inscrire notre visage.

Sur la première hauteur de carreau A se situera la base du nez.
Sur la 2ème hauteur B seront situés les sourcils. Traçons ensuite un cercle (voir tracé en pointillés bleus) de diamètre B + C + ½ C passant par le sommet de la tête et la base du nez et dont le centre sera un peu plus haut que la ligne des sourcils.
Positionnons ensuite le niveau des yeux. Les paupières seront placées à ¼ de carré sous la ligne des sourcils (voir f). Nous pouvons constater que les yeux sont placés sensiblement au milieu de la hauteur totale sommet du crane au menton. La bouche quand à elle, sera positionnée à 1/3 de carré sous la base du nez (voir g).
Pour déterminer la position et largeur des yeux nous prendrons comme dimension ½ de carré (voir h, i et j). Remarquez que la distance qui sépare les yeux correspond à une largeur d’œil.
La largeur de la base du nez correspond aussi à cette même dimension. Il est évident que la largeur du nez change en fonction de l’origine ethnique de l’individu et est donc à adapter.
La largeur de la bouche est égale à la distance horizontale qui sépare les deux pupilles des yeux et peut aussi être plus ou moins grande.
Notons que le haut des oreilles est situé au même niveau que les paupières et se terminer légèrement sous le niveau de la base du nez.

TRACE DE PROFIL : Pour la tête de profil, nous conserverons la même dimension pour tracer les carrés, la tête étant inscrite dans un rectangle 3 x 3 carrés + 3 demi carrés. Par contre, le cercle à dessiner sera légèrement plus grand. Son centre k situé sur la ligne des sourcils aura pour rayon 1,5 carré.

Récapitulation des dimensions portées sur le croquis ci-dessous :
A = B = C = D = E
f
= ¼ de B    g = 1/3 de A   h = i = j = ½ de A
Cercle tête de face rayon
= 1,25 carré de profil rayon = 1,5 carré.

 

TETE119.jpg

 Autres représentations : Pour représenter un visage vu de ¾, tout en conservant le partage initial détaillé plus haut, il convient de tracer des parallèles sur la sphère (voir pointillés en rouge ci-dessous) pour situer les différents éléments

 

TETE121.jpg

QUELQUES DETAILS … DE LA TETE


YEUX ET REGARD : « La beauté n’est pas dans les choses, elle est dans nos yeux ». B. Noël

La forme des yeux est sphérique. Dans l’ouverture pratiquée, comme une sorte de boutonnière, vient s’insérer la pupille et le cristallin. Ce n’est que cette ouverture, partie visible, qui est dessinée. Lors du dessin il convient de respecter l’inclinaison identique des yeux.
On notera également que l’amande de l’œil n’est pas totalement symétrique, aussi bien verticalement qu’horizontalement. Les pupilles et les cristallins sont à situer en conséquenc
e.

Le regard : « Ce que la voix peut cacher, le regard le livre » G. Bernanos

La direction du regard est déterminée par la position des pupilles et doit donc être bien représentée (situation correcte sur la sphère et orientée vers la même direction).
Pour créer un regard vivant, il est également très important de :
- réserver une zone de lumière dans la pupille (point blanc)
- dessiner les zones d’ombres à l’intérieur de l’œil
- représenter l’épaisseur des paupières

Cliquez pour agrandirCliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

NEZ ET BOUCHE : « On se souvient toujours du baiser promis par une bouche, mais on oublie les baisers reçus »  Proverbe scandinave.

Pour saisir ces formes très particulières en « rondeurs », il faut plutôt les délimiter par les ombres et zones d’ombre que par des traits continus.
Selon l’expression ou l’état d’âme du personnage, triste ou joyeux, les fossettes aux commissures des lèvres sont à dessiner vers le haut ou le bas. Notez également une différence entre les deux lèvres essentiellement due à une lumière mieux captée par la lèvre inférieure. En ce qui concerne le nez, c’est l’ombre portée qui donne et définit le plus souvent le volume de celui-ci.

Cliquez pour agrandirCliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

LES OREILLES : « Celui qui ne marche pas au pas entend le son d’un autre tambour »   Proverbe militaire
La hauteur de l’oreille correspond à peu près à la longueur du nez. La représentation doit tenir compte de l’inclinaison ou de la rotation de la tête.

Cliquez pour agrandirCliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

AUTRES PARTIES DU CORPS :

LES MAINS : « Elles aussi … elles parlent »
C’est certainement l’un des exercices le plus difficile à maîtriser. Il faut prendre les articulations comme point de référence pour la mise en place des proportions. Pour cela, imaginez les os sous la peau et schématiser les axes des 5 métacarpes, puis les phalanges.
Nota : pouce = 1 métacarpe + 2 phalanges, autres doigts = 1 métacarpe + 3 phalanges
La longueur de la main est approximativement le double de la largeur. On inscrira donc son dessin dans un rectangle formé de 2 carrés. Ces 2 carrés dessinés en perspective (voir croquis) permettront de représenter la main dans différentes attitudes : ouverte, doigts pliés ou main fermée.
Il faut aussi tenir compte dans cette perspective de l’arc de déplacement du pouce, différent par rapport aux autres doigts (voir croquis). Le volume ou relief est surtout obtenu en délimitant les zones de lumière et d’ombre et en représentant les rides.

LES PIEDS : « Prendre son pied et marcher au pas »

Vu de face le pied s’inscrit dans un triangle rectangle. Selon le type de pied, la terminaison des doigts de pied a différentes formes.

Cliquez pour agrandirCliquez pour agrandirCliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Mise en application en dessin

Cliquez pour agrandir et voir Le Maître .... et la copine à SergeCliquez pour agrandir et voir Le Maître .... et la copine à Serge

Cliquez pour agrandir et voir Le Maître .... et la copine à Serge

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article