Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les  bases  du  dessin ... et  de  la  peinture

LA FRESQUE

11 Avril 2017 , Rédigé par JAIME

Ce terme est souvent utilisé à tort pour les peintures murales. En effet, le support sur lequel s’applique la peinture est réalisé d’une certaine façon à la chaux. Ces fresques résistent très bien dans le temps, des réalisations très anciennes peuvent encore être admirées de nos jours, comme par exemple les plafonds de la chapelle Sixtine.

La fresque est le résultat d’une transformation chimique de la peinture se « cristallisant » dans le revêtement posé sur le mur ou le plafond.

PREPARATION DU FOND :
Cette préparation est assez longue et exécutée en 3 étapes :
- 1° NETTOYAGE du mur et protection du soleil jusqu’à la fin de l’exécution en peinture,
- 2° POSE DU FOND par 3 couches successives d’un mélange de chaux, de sable et d’eau dans des proportions bien précises :

- la 1ère couche encore appelée « trucilar » d’environ 1,5 cm d’épaisseur, est la moins riche en chaux, 3 volumes de sable + 1 volume de chaux + eau pure afin d’obtenir un mélange collant projeté avec une truelle sur le mur. Légèrement aplani sans être trop lisse, cette couche devra restée humide avant l’application de la 2ème couche.
Nota : le sable utilisé doit être très pur, pas de sable marin et ne pas contenir de mica. Le sable de ruisseau est souvent utilisé.
- la 2ème couche appelée « arricciato »est plus riche en chaux, 2 volumes de sable + 1 volume de chaux + eau pure pour une épaisseur de 5 à 6 mm. La surface posée ne devra pas être supérieure au travail de peinture d’une journée. L’excédent de surface sera donc à enlever.
- la 3ème couche appelée « intonaco », sera posée environ ½ heure plus tard après la prise de la 2ème couche. Cette 3ème couche est un mélange de 1 volume de sable + 1 volume de chaux + eau pure auquel on ajoute parfois de la poudre de marbre. L’épaisseur ne sera pas supérieure à 5 mm et la surface bien lissée.
Un léger rinçage à l’eau est opérer pour enlever l’excédent de chaux (efflorescences).


- 3° POSE DE LA PEINTURE : une palette réduite est utilisée tenant compte de la composition chimique des différents pigments. Les couleurs les plus utilisées sont : les ocres jaunes, les rouges indien, de cadmium ou ocre rouge, les terres d’ombre naturelle, le bleu céruléum, le bleu outremer et le noir de manganèse.

Avant de commencer la peinture, l’artiste aura eu soin de préparer l’esquisse sur un calque à l’échelle grandeur nature en repérant les différentes zones de couleur. L’assemblage de ces différents calques correspondra au travail d’une journée.
Ce travail préparatoire est nécessaire du fait du séchage assez rapide de la chaux.
Le dessin de l’esquisse est transféré sur le mur grâce au poncif, système consistant à piquer le calque de trous épousant le tracé, puis de passer un tamponnoir rempli de poudre colorante pour reproduire ce dessin.

L’application de la couleur est réalisée avec des pinceaux doux. Les pigments sont dilués avec de l’eau pure puis appliqués sous forme de lavis successifs. Les tons peuvent être adoucis ou renforcés avec un peu de chaux blanche.
Au final, ces pigments se cristalliseront en pénétrant et en se fixant définitivement par réaction chimique dans la couche.
La zone non couverte par la peinture sera enlevée jusqu’à la 1 ère couche pour la reprise du lendemain.

Nota : De nos jours, selon le type de support, les peintures murales sont exécutées avec des peintures spéciales. Ces émulsions acryliques nécessitent parfois une bonne préparation des fonds, puis un stabilisateur pour éviter les remontées en surface des sels et autre substances qui décolorerent la peinture.

Ci-dessous, une peinture que j’ai réalisé sur un mur en béton de la cour, dimensions 3 x 1,5 m.
Peinture utilisée = acrylique sur préparation fond blanc.

 

LA FRESQUE

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article